Uncategorized

Comment réaliser une analyse financière ?

Le 25 octobre 2021

L’analyse financière est une étude complète qui vise à examiner la situation financière ou économique d’une entreprise. Quel que soit le domaine d’intervention ou la taille de la société, cette démarche est capitale. Elle est utile pour évaluer la santé d’une organisation en matière de rentabilité et de solvabilité. Pour réaliser une analyse financière, il faudra se conformer à certaines étapes spécifiques et employer les outils adaptés.

Analyser le chiffre d’affaires et les marges de la structure

Il s’agit ici de la première phase à valider lors de l’analyse financière d’une entreprise. Elle consiste concrètement à examiner en profondeur les marges et la structure du chiffre d’affaires de l’organisation. Cette démarche est primordiale, notamment lorsqu’il s’agit de l’analyse financière d’une entreprise commerciale. Ceci s’explique par un principe assez évident. En clair, une structure qui vend ses produits ou services à un prix inférieur au prix de revient se trouvera en difficultés financières.

Lors de cette phase, il faudra également étudier les niveaux des marges comparativement à la concurrence. Cela permettra de déterminer la position stratégique de l’entreprise dans son secteur d’activité. Une analyse détaillée du chiffre d’affaires et des marges permettra aussi de répondre à certaines questions essentielles. En premier lieu, cela permettra de déterminer si le chiffre d’affaires progresse dans le même ordre que le résultat d’exploitation. Cette étape est aussi l’occasion d’en apprendre davantage sur les lignes de revenu d’activité de l’entreprise.

Pour analyser en profondeur l’évolution des charges par rapport au chiffre d’affaires de la structure, une méthode simple est souvent conseillée. Elle consiste à considérer chaque ligne de coût comme un pourcentage du chiffre d’affaires. L’étude du chiffre d’affaires devra ensuite être réalisée sur la base de plusieurs exercices fiscaux.

Évaluer l’investissement

Pour bien réaliser une analyse financière, il faudra procéder à un diagnostic de l’investissement. Il faut savoir avant tout que pour toute société, il existe 2 masses d’investissements. La première classe concerne essentiellement les immobilisations à l’actif du bilan. Il s’agira à ce niveau de rapprocher le montant des nouveaux investissements de celui des dotations aux amortissements. Idéalement, le montant des nouveaux investissements doit être au moins égal à celui des dotations aux amortissements sur la même plage.

Le second poste d’investissement à évaluer lors de l’analyse financière est le besoin en fonds de roulement (BFR). Le BFR désigne le décalage entre les stocks et les créances. En somme, l’analyse de l’investissement est utile pour évaluer la bonne santé de l’entreprise. Dans les cas complexes, le BFR indiquera les ressources nécessaires pour améliorer les finances de la société.

Étudier le financement ou les mouvements de trésorerie

L’analyse du financement dans le cadre d’un diagnostic financier repose sur une compréhension des mouvements de la trésorerie de l’entreprise. Cet indicateur occupe un rang important dans le processus, car il est moins manipulable que les autres ratios et comptes de l’organisation. Le but ici est de calculer la variation de trésorerie en se basant sur la capacité d’autofinancement (ou cashflow) de la structure. La méthode la plus simple pour déterminer le cashflow de l’entreprise consiste à soustraire des produits encaissés les charges décaissées. On entend par produits encaissés la somme des fonds ou bénéfices réalisés par l’organisation sur une période bien définie. Les charges décaissées quant à elles désignent les sommes dépensées par l’organisation sur la période correspondante.

Il faut toutefois préciser que le cashflow n’exprime pas réellement la variation de la trésorerie de l’entreprise. Pour déterminer cette dernière, il faudra ajouter au cashflow la variation de besoin en fonds de roulement. Lors de l’analyse du financement, une autre étape à ne pas négliger est l’étude des ratios de liquidité de la structure. Il s’agira par exemple d’analyser le ratio d’autonomie financière et le ratio de liquidité immédiate de l’entreprise. Cette démarche permet d’analyser la capacité de remboursement de l’organisation et d’avoir une vue sur l’équilibre de sa structure de financement.

Examiner en profondeur les ratios de rentabilité de la structure

La dernière étape de l’analyse financière consiste à évaluer les ratios de rentabilité de l’organisation. Il s’agit ici de faire ressortir de l’analyse économique les ratios importants. Parmi ces derniers, on relève le ratio du rendement de l’actif, le taux de rentabilité, le ratio de marge et le ratio de solvabilité. Le but de cette démarche est de comparer ces valeurs avec celles des entreprises concurrentes qui évoluent dans un même secteur d’activité.

Il existe des outils qui permettent de réaliser plus facilement et efficacement l’analyse financière d’une structure. Il s’agit essentiellement du tableau des soldes intermédiaires de gestion (TSIG). Ce schéma permet d’avoir une vue d’ensemble sur le résultat de l’entreprise. Il s’appuie sur une décomposition du résultat global en plusieurs données ou indicateurs. Il fait ressortir de manière simple les données telles que :

  • l’excédent brut d’exploitation,
  • les résultats financiers et comptables
  • la capacité d’autofinancement
  • et la marge commerciale

Il s’agit des indicateurs importants sur lesquels les analystes financiers pourront se baser. Combinées aux ratios de rentabilité, ces données permettront d’optimiser l’efficacité et la fiabilité de l’analyse financière.

L’analyse financière est une opération qui exige un niveau de compétences et des connaissances techniques avérées en matière de finance et de gestion d’entreprise. Pour réaliser cette tâche, il faudra impérativement consulter un analyste financier professionnel.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.